Google propose une solution afin de refuser un libre accès à son réseau wi-fi personnel

/ /
Publié le 21 janvier 2012
Par .

Le 17 mars dernier, la CNIL dans sa délibération n° 2011-35, sanctionnait la société Google Inc. pour la collecte de données privées par le biais des Google Cars et la condamnait à une amende de 100 000€. En effet, dans l’optique de développer son service de géolocalisation, Google fait circuler depuis 2007 des véhicules –Google Cars–…

Le 17 mars dernier, la CNIL dans sa délibération n° 2011-35, sanctionnait la société Google Inc. pour la collecte de données privées par le biais des Google Cars et la condamnait à une amende de 100 000€.

 

En effet, dans l’optique de développer son service de géolocalisation, Google fait circuler depuis 2007 des véhicules –Google Cars– afin de récolter des données telles que des images pour son service Google Street View. Ces véhicules non seulement équipés de caméras disposent également de modules permettant de capter les réseaux wi-fi des particuliers (1). Le problème posé est le suivant : Google, en se connectant aux réseaux wi-fi non-protégés des particuliers, a récupéré des données auxquelles il n’aurait pas du avoir accès (2).

 

C’est ainsi que 600 Go de données privées, telles que des identifiants, mots de passe, mais également la nature et la durée de connexion à des sites internet, ainsi que des courriels échangés entre deux personnes recherchant une relation extra-conjugale, ont été collectées. Cette collecte, involontaire selon Google, a été sanctionnée par la CNIL qui a relevé une violation de la loi « informatique et libertés » du  6 janvier 1978, et notamment une atteinte à la vie privée et aux libertés individuelles protégées par l’article 1er de la loi précédemment citée. 

 

Suite à cette délibération de la CNIL, Google a proposé le 17 novembre 2011 un système permettant aux particuliers de signaler leur refus de voir leur réseau wi-fi répertorié par le service de géolocalisation. Il suffit pour cela de renommer son réseau en ajoutant le suffixe « nomap » au SSID (Service Set Identifier) du réseau sans fil (3).

Cependant, le changement de nom d’un réseau wi-fi nécessite une reconfiguration complète de l’ensemble des appareils connectés au réseau, ce qui n’est pas chose aisée pour un utilisateur « lambda ». Afin de pouvoir manifester son refus de laisser un libre accès à ses données personnelles, il faut être initié aux pratiques de l’informatique.

Google semble montrer, avec cette solution, calquer son raisonnement sur celui de Facebook, qui considère que les particuliers souhaitent, par défaut, laisser un libre accès à leurs données personnelles et doivent effectuer un réglage spécifique de paramètres afin de limiter cet accès. Ce raisonnement inverse est gênant au regard des droits à la vie privée et des libertés individuelles mis à mal par les pratiques de géants économiques tels que Google ou Facebook qui exigent une démarche de la part des personnes refusant l’accès à leurs données personnelles.

 

(1) Street View : la CNIL inflige une amende à Google, Lemonde.fr, 21 mars 2011  Lemonde.fr, 21 mars 2011

 

(2) « Google « Street View » : la CNIL prononce une amende de 10000 euros, CNIL.fr 21 mars 2011


(3)
Comment Google ou Apple utilisent nos connexions Wi-fi à notre insu, Altantico, 18 novembre 2011

Marion Guerdet

marion.guerdet@gmail.com