Mémoire – Les Infections Informatiques Bénéfiques – Chroniques d’un anathème

/ /
Publié le 27 janvier 2005
Par .

Avec l’avènement de l’ère numérique, une toute nouvelle forme de criminalité est née et remet en cause les systèmes d’informations, centralisés ou non, des différents acteurs des réseaux et notamment de l’Internet. La question de la sécurité informatique, matière qui tend à protéger ces systèmes d’informations et les données qu’ils hébergent, ne s’est jamais posée…

Avec l’avènement de l’ère numérique, une toute nouvelle forme de criminalité est née et remet en cause les systèmes d’informations, centralisés ou non, des différents acteurs des réseaux et notamment de l’Internet. La question de la sécurité informatique, matière qui tend à protéger ces systèmes d’informations et les données qu’ils hébergent, ne s’est jamais posée avec autant d’acuité. En effet, il ne se passe pas un jour sans que de multiples failles soient découvertes, de nouveaux correctifs développés pour y remédier ou de nouvelles « idées » cybercriminelles apparues, la dernière en date étant la proposition de prestations d’« attaques » informatiques afin de paralyser son concurrent, son voisin ou une institution notoire pendant une période donnée.

Toutefois, il ne faut pas oublier qu’un virus est avant tout un programme, aux fonctions particulières, il est vrai, et qu’en tant que tel, il n’est pas, par nature, nocif. Partant de ce constat de neutralité des programmes d’ordinateur, d’une manière théorique, nul obstacle ne semble empêcher l’existence de virus aux effets indésirables inexistants ou négligeables, des virus que l’on pourrait globalement qualifier de « positifs » même si, à première vue, on peut difficilement concevoir une association entre ces deux mots.

Ainsi, sans prendre la défense systématique du bien-fondé des virus, vers et autres parasites informatique, il convient de sortir des quelques préjugés informatiques acquis récemment, et de rétablir certains faits, souvent modifiés ou interprétés de manière pas nécessairement adéquate car, de destructeurs, les virus informatiques pourraient devenir utiles ou même source de création.

Documents liés :