Las Vegas ou Londres ? La Grande-Bretagne donne l’élan pour un sommet international sur les paris en ligne

/ /
Publié le 27 janvier 2006
Par .

La semaine dernière, la presse anglaise relatait l’organisation d’un sommet international pour discuter de l’encadrement législatif des sites de paris et sur la protection des enfants qui y accèdent.  Selon Reuters (UK to host global online-gambling summit, News.com, 17/01/2006), la mobilisation gouvernementale est due au caractère flamboyant, quoique volatile, du marché des paris sur Internet…

La semaine dernière, la presse anglaise relatait l’organisation d’un sommet international pour discuter de l’encadrement législatif des sites de paris et sur la protection des enfants qui y accèdent.

 

Selon Reuters (UK to host global online-gambling summit, News.com, 17/01/2006), la mobilisation gouvernementale est due au caractère flamboyant, quoique volatile, du marché des paris sur Internet qui a vu trois entrées en bourse en 2005 et a généré des millions de dollars de revenus par an. Une de ces entrées en bourse était celle de PartyGaming [partygaming.com] qui, à la mi-2005, était la plus grande entrée de ces cinq dernières années à Londres.

 

Aux sites de paris s’ajoutent les sites de poker en ligne qui ont rapidement pris de l’ampleur et attirent une audience plus large que les casinos traditionnels, incluant des femmes et des jeunes joueurs qui ne se seraient pas rendu sur un site de paris traditionnels. Le boom est bien entendu facilité par le développement de l’accès haut débit et par l’augmentation du taux de pénétration de l’équipement dans les foyers. Toujours selon Reuters, le marché en ligne du casino et du poker représenterait une valeur de plus de 12 milliards de dollars par an au niveau mondial.

 

Le Gambling Act introduit en 2005 en Angleterre crée un nouvel encadrement réglementaire légalisant les sites de paris en ligne. Mais pour lutter contre les opérateurs de sites peu scrupuleux et pour protéger les plus jeunes, le gouvernement anglais déclare qu’une coopération internationale est nécessaire. Des mesures strictes introduites en Angleterre pour protéger les enfants ne sont pas respectées par des opérateurs situés en dehors de l’Angleterre, notamment les sites américains qui, pour la plupart, sont interdits aux USA mais qui, profitant de l’inaction des pouvoirs publics, prospèrent.

 

Les USA sont invités à rejoindre au sommet qui devrait se tenir à Londres à l’automne, des représentants de l’Australie, de la Nouvelle Zélande, de Malte, du Costa Rica et de l’Afrique du Sud, qui, selon la presse anglaise (Mark Oliver, « Britain to host online gambling summit« , Guardian.co.uk, 18/01/2006), ont déjà répondu favorablement à l’idée d’une rencontre sur le sujet.

 

Christine Riefa

Membre du Comité éditorial de Juriscom.net

Lecturer, Faculté de Droit de Brunel, Angleterre