Parution du rapport  »Mesures techniques de protection des œuvres & DRMS »

/ /
Publié le 15 juin 2003
Par .

Les industries culturelles doivent aujourd’hui relever un double défi : s’adapter au commerce électornique et parvenir à protéger les oeuvres numérisées. Les mesures techniques de protection des oeuvres et les systèmes de gestion numérique des droits (DRM), qui empruntent à la cryptographie et aux technologies de marquage, ont été imaginés pour répondre à leurs attentes.Leur…

Les industries culturelles doivent aujourd’hui relever un double défi : s’adapter au commerce électornique et parvenir à protéger les oeuvres numérisées.

Les mesures techniques de protection des oeuvres et les systèmes de gestion numérique des droits (DRM), qui empruntent à la cryptographie et aux technologies de marquage, ont été imaginés pour répondre à leurs attentes.

Leur développement est le fruit d’une collaboration entre les industries de l’électronique, de l’informatique et des télécommunications et les industries culturelles elles-même. Cette collaboration se déploie ainsi à travers la constitution de consortiums industriels mondiaux, à la fois rivaux et complémentaires, pour atteindre des cibles de sécurité sur l’ensemble de la chaîne de la distribution de contenus numériques.

Le rapport [Ddm.gouv.fr] « Mesures Techniques de protection des oeuvres & DRMS » de Philippe Chantepie (Chargé de mission à l’Inspection Générale de l’Administration des Affaires Culturelles) dresse l’état des lieux des mesures d’identification et de protection technique des oeuvres et des droits.

Cette étude a été réalisée avec le soutien de Marc Herubel (chargé du bureau du Multimédia et de la sécurité à la Direction générale de l’Industrie des technologies de l’Information et des Postes) et Franck Tarrier (Adjoint au Chef du Bureau des Techniques et des réseaux de communication à la DDM).