Vers la libéralisation du  ».fr » ?

/ /
Publié le 23 février 2004
Par .

Par un communiqué de presse [afnic.fr] en date du 7 janvier 2004, l’Association française pour le nommage internet en coopération (AFNIC), gestionnaire de l’extension .fr (France) et .re (île de la réunion), a annoncé les prochains changements concernant l’attribution des noms de domaines en .fr. Les nouvelles dispositions applicables au nommage viennent assouplir les anciennes…

Par un communiqué de presse [afnic.fr] en date du 7 janvier 2004, l’Association française pour le nommage internet en coopération (AFNIC), gestionnaire de l’extension .fr (France) et .re (île de la réunion), a annoncé les prochains changements concernant l’attribution des noms de domaines en .fr. Les nouvelles dispositions applicables au nommage viennent assouplir les anciennes règles d’attribution puisqu’elles abandonnent « le droit au nom ».

Désormais, à partir du 11 mai 2004, toutes les personnes identifiables sur les bases de données publiques et nationales (les entreprises, les artisans, les associations immatriculées à l’INSEE, les titulaires de marques identifiables grâce à la base Icimarques…) pourront obtenir le nom de domaine qu’elles désirent sans la fourniture a priori d’un quelconque document justificatif (K bis ou certificat d’enregistrement de marque). Dans un deuxième temps, cette faculté sera étendue à toutes les personnes physiques ou morales, ayant un lien avec la France, non identifiables à partir des bases de données publiques (les particuliers, les associations non immatriculées à l’INSEE…).

Cette libéralisation va permettre à l’AFNIC d’automatiser son système de gestion des noms de domaines par la participation de prestataires externes tout en privilégiant la transparence des procédures. En effet, l’internaute pourra, d’une part, accéder, par un lien, aux bases publiques qui ont permis l’identification du demandeur et d’autre part, avoir accès à deux centres de résolution des litiges pour aider au règlement des contentieux en plus des tribunaux.

Si la zone française est actuellement une des plus sécurisées au monde, il y a un revers de la médaille. En effet, l’enregistrement en .fr n’est que peu utilisé en raison des strictes conditions d’attribution pour faire face notamment au cybersquatting. Il n’y a aujourd’hui que 177 000 noms de domaines enregistrés en .fr contre environ 6 millions de noms de domaine allemands et presque 5 millions de noms anglais (voir G. Deleurence, « L’AFNIC veut donner un second souffle au .fr« , 22 janvier 2004  [01net.fr]).

Ce toilettage a donc pour avantage de rechercher un équilibre entre la protection contre les abus et la simplification des conditions d’obtention d’un nom de domaine. L’extension sera par la même plus attrayante pour les internautes et permettra à un plus grand nombre d’y accéder plus aisément. Néanmoins, les extensions .com, .org, ou .net, restent encore aujourd’hui les plus faciles à obtenir.

Aurélie Laclau
Aurelielaclau@aol.com
Doctorante
Université des sciences sociales de Toulouse